AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Coucou les petits loups (et autres animaux :P)
N'oubliez pas que le flood est ouvert dès l'inscription même si vous n'êtes pas encore validé,
venez faire connaissance avec tout le monde le temps de finir votre présentation ;)
flood ici !

 :: New York :: Manhattan :: Chinatown Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Je maîtrisai la situation (ou pas) ~ Feat. Chester Collins

avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Mar 3 Juil - 16:17



Voilà, je suis à New-York … Je suis là pour étudier ou fuir la famille ou mon ex-futur-mari. Bref, je ne sais pas vraiment pourquoi exactement j’ai décidé de venir ici. C'est peut-être pour ça que je trainai dans les rues en mangeant des bonbons avec mon casque sur les oreilles. Je fais toujours ça quand je suis nerveux. Ok, je vous avoue c'est un rituel un peu étrange mais bon … Il faut que je reprenne ma vie en mains et que j’arrête de dépenser tout mon argent en bonbons. En marchant, je regarde à droite, à gauche les différentes vitrines qui défilent au rythme de mes pas. La suite … Je ne m'y attendais pas.

Mes pas se stoppèrent en face d'un magasin, dans la vitrine se trouvait des smokings. Raaah, le destin a vraiment un humour de merde. Je me grattai la nuque avant de me diriger vers la poubelle pour jeter mon paquet vide. Bizarrement, je me sentais aussi vide que ce pauvre bout de plastique. J’étais fatigué, peut-être que je devrais rentrer dormir aux dortoirs. Bien que dormir à 17h n’était pas la meilleure solution pour prendre sa vie en mains. Ou bien racheter un paquet de bonbons … Ouais faisons ça !

En le dirigeant vers la supérette la plus proche, je passai devant une petite ruelle où un mouvement attira mon attention. Je reviens vite sur mes pas en enlevant mon casque de mes oreilles. Je vis deux adolescents acculés un gamin un peu frêle. Les insultes que je pus entendre ne me plurent pas du tout pour avoir subi les mêmes à une époque. Ni une, ni deux, je m'élançai dans le but de me mettre entre les agresseurs et le gamin.

« Je peux vous aider peut-être ? »

Mon ton sarcastique et mon sourire ont du signer mon droit à tabassage en règle. Les deux hommes se tournèrent vers moi, c'est à ce moment-là que je fais signe à l'adolescent de fuir. Malheureusement, il fut bloqué par un pas de côté effectué par un des deux hommes qui nous faisaient face. Ok, mon âme chevaleresque ne trembla pas une seconde pour autant même quand je me pris un coup du droit sans la joue qui me fit reculer vers le mur. Je répliquai avec un coup de tête qui fit tomber le premier agresseur. Son pote ne tarda pas à se précipiter sur lui pour s'assurer qu'il allait bien.

Pris dans la panique, je poussai le gamin vers l'avenue pour le pousser à fuir. Il prit ses jambes à son cou, je fus soulagé. Il était beaucoup trop jeune pour se faire tabasser pour son orientation sexuelle ou ce que son apparence renvoyait. Un autre coup dans le ventre mit fin à mes pensées. Je serai les dents pour encaisser la douleur, l’envie de répliquer m’était passée. Une seule idée en tête, esquiver le plus possible les coups. Mais je me doutais que ma lèvre allait être explosée comme mon arcade. En plus, ces cons visaient bien le visage. Nickel …

Chester x Martial
codage par Laxy Dunbar.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
→ Je suis une hyène et en arbore plusieurs caractéristiques : pour le plus positif, je suis toujours de bonne humeur et souris, rigole assez souvent. J'ai même un petit côté moqueur mais pas vraiment méchant. Je suis le plus grand gentleman envers les femmes qui, à mes yeux, sont des personnes fortes et dominantes. En ce qui concerne les relations avec les hommes... J'ai ce besoin constant de dominer pour gonfler mon égo et de décider de tout pour tout. J'ai aussi tendance à ne pas savoir lâcher mes proies étant assez têtu et à être opportuniste voire égoïste. Ajoutez à ça mon amour pour la viande et vous avez le genre de mec à profiter de la hiérarchie et de son pouvoir pour venir taxer la cuisse de poulet d'un élève distrait. Mais à côté de tout ça, je garde une sorte de bienveillance envers mon entourage et suis très social !
→ L'ex presque fiancé aka Marth qui m'a abandonné devant l'autel. L'avoir comme élève dans "ma cour" est plutôt... intéressant.

→ L'ex beau frère, autant dire qu'une relation entre un taureau et une hyène est compliquée surtout quand on touche à son frère.

→ Mon frère (prédéfini) la personne la plus importante à mes yeux, malgré le fait que nous soyons deux opposés.
Voir le profil de l'utilisateur
Chester Collins
Surveillant
Mer 4 Juil - 13:22

Je maitrisai la situation (ou pas)

Featuring Marth & Chest


Des fois, les probabilités sont avec nous (ou contre, ça dépend le point de vue) et quand je parle de ça, je ne vous parle pas pas des petits coups du hasard qui font que. Je vous parle des probabilités quasi-impossibles, comme celles de gagner au loto et d’être milliardaire ou le fait de vous retrouver, dans une ville comme New-York, à quelques rues de son ex-futur-mari en train de se faire tabasser et d’être alerté par un jeune amoché. Si on m’avait conté cette histoire, j’en aurai ri, amèrement, en disant que tout ceci ne me ressemblait pas et que ça ne me concernait pas. Que j’aurai tracé tout droit en lançant peut-être un regard dans cette ruelle agitée en remerciant le Karma pour punir la personne qui m’avait brisé le coeur. Et puis, même, dans tous les cas, tout ceci était impossible, non ? Alors quand ce garçonnet m’a foncé dessus, le visage tuméfié, agité, j’ai agis, pensant à son innocence et à celle de son sauveur. J’accompagnai rapidement le petit dans la boutique de la rue d’une femme que je connaissais depuis des années afin qu’on l’y soigne et me précipitai vers le nom de rue indiqué, commençant à appeler la police. C’était ce que faisait les gens responsables, non ? Même si j’étais prêt à me battre, je préférai me protéger en amont afin que rien de tout ça ne me retombe dessus par la suite. Habitué vous dites ? A peine, dirons-nous. Mais entre ma vitesse de course offerte par l’adrénaline et le temps de réponse du commissariat, j’arrivai devant la rue tandis qu’un premier mot sortait à peine de mon haut-parleur. Je n’y répondis pas, ma main tombant d’un coup devant la scène qui m’était offerte de voir.

Vous savez tout ce que j’ai dit, avant, comme quoi je passerai devant la rue en remerciant le coup du sort et sans intervenir ? Et bien je m’étais voilé la face. Face à ce genre de situation, c’est tout bonnement impossible de réagir de manière aussi batarde. J’étais faible. Assez pour avoir pleuré quand j’eus été abandonné devant l’autel et encore plus pour tout de même foncer dans le tas pour cet homme. Deux gars contre deux, ça devrait aller ? Sans me faire remarquer les premières secondes -car c’est toujours plus marrant d’entourer un seul gars et de faire dos à une rue ouverte- mon poignet alla arrêter un poing prêt à pleuvoir sur Martial avant de l’emporter en arrière pour le tordre et sortir ces deux idiots de leur monde idyllique. Et oui les gars, un autre se mêlait à la danse, mais contrairement à vos deux premières victimes, je n’allais pas être un piètre danseur.

Faisant lâcher un râle de surprise mêlé à la douleur au premier, j’attirai l’attention des deux commençant d’ores-et-déjà à entendre des paroles à la fois immondes et lâches. Ah, les chihuahuas. Ça aboyait mais n’attaquait pas vraiment face aux gros canidés. Je pensais.

« Hé les gars, y a des maternelles pas loin si vous voulez. »

Je prenais ça à la légère. S’en prendre à Martial et à un ado, ça ne pouvait être que des faibles d’esprits destinés à être apeurés face à une carrure un peu plus imposante ? En tout cas, c’était ainsi que je voyais les choses mais à croire que non. Et c’est ce qui se retourna contre moi. Tenant encore le poignet tordu dans un drôle d’angle avec un sourire, ma prise se rebiffa et retourna ça contre moi en clef de bras. Bon, d’accord…

Le temps de comprendre ce qu’il m’arrivait, ployant le genou pour atténuer la douleur qui me faisait grogner, mon regard se posa sur le plus idiot des trois. Même dans les pires des situations il arrivait à me toucher et à attirer toute mon attention. Assez pour ne pas voir le grand frère qu’avait reçu Martial à l’arcade, m’arriver à peu près au même endroit, me rappelant la situation actuelle.  Il ne m’en fallut pas plus pour éveiller de la rage en moi, assez pour éveiller l’être sans règles que j’étais. Mon coude libre alla frapper l’entre jambe -à hauteur de ma tête- de mon agresseur pour enfin ressentir mon bras redevenir mien. Je me relevais alors que l’autre s’agenouillait, m'éloignant un peu pour récupérer mon souffle. Le second en jeu était encore trop prêt de Martial et je n’aimais pas ça. J'aurai bien foncé entre les deux pour m'interposer dans leur affrontement mais le mien semblait être un surhomme capable d'encaisser rapidement les coups malplacés. Et pour ça, j'avais du respect pour lui quand je le vis relever la tête, torturé entre la douleur et l'envie de me sauter au cou. Ce que j’aimais moins, c’était sa main dans la poche, fermée. Calmement -même si mon torse rebondissait beaucoup trop- j’entamai un cercle de marche, tête baissée et m’arrêtai jusqu’à me trouver entre mon adversaire et le dos du plus jeune du groupe. Au moins qu'il n'ait pas à ce préoccuper de défendre ses arrières, prêt à les lui défendre par instinct. Ca marchait comme ça dans une bande, non ? La partie égalisée, je voyais déjà notre victoire dans les yeux tremblants et larmoyants de douleur de mon adversaire qui se relevait. Même si la lame cachée dans la poche finit par voir le jour, fièrement exhibée. S’il pensait m’en faire la surprise, c’était raté, m’en faisant relever une tête souriante de fierté et d’égo mal placé.

« Aller, je t’attends ? »

Je faisais le malin mais le coup reçu précédemment dans le coin de l’œil floutait ma vision. A voir désormais si ce que tenait cet idiot qu'une simple menace ou s'il comptait réellement s'en prendre à moi avec. La réponse semblait se confirmer. Dommage hein ?

Code par KoalaVolant

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 5 Juil - 17:06


Le goût du sang sur mon palais me fit presque monter les larmes aux yeux. Je rageai intérieurement d’être aussi faible. J’hésitai réellement à fermer les yeux pour attendre que ça se passe. Mais un mouvement m’en empêcha, un homme se dirigeait vers nous. Bizarrement, j’eus plus envie de fuir à présent que pendant que les deux types me frappaient. C’était mon instinct qui avait parlé comme pour me prévenir. Pourquoi ne l’avais-je donc pas écouté … Malgré ma vue un peu floue, je pus reconnaitre une silhouette que je ne connaissais que trop bien. Hé merde …

C’était le cas de le dire, j’étais dans une merde noire et jusqu’au cou. De tous les New-Yorkais, même de tous les hommes de la planète il fallait que ça soit lui ? J’ai vraiment dû être un bel enfoiré dans une vie antérieure pour mériter ça. Ou alors dans cette vie … J’étais encore trop sonné du coup à la mâchoire que je venais de recevoir pour me lever. Mes yeux étaient rivés sur l’homme que j’aurai dû épouser … et que j’aimais encore. Je me mis à divaguer … Mon cerveau trouva que c’était le meilleur moment pour me faire revoir nos plus beaux moments. Le jour où il m’avait demandé d’emménager avec lui, mon souvenir n°1.

Mais bientôt, ce sont les souvenirs noirs qui me vinrent en tête et surtout la promesse que je m’étais faite sur le pas de la porte de notre appartement. Ne plus jamais me laisser faire. La colère monta et me fit me lever sur mes deux jambes. Ma vision se fit plus claire, c’est grâce à cela que je pus mettre une balayette à un des deux hommes.  J’entendis son grondement de douleur quand il heurta le sol. Il fallait que je le mette définitivement hors-jeu. Je mis à réfléchir à toute vitesse mais mes pensées se stoppèrent quand j’entendis le bruit du coup que venait de se recevoir Chester. Mon cœur se serra et ma colère monta d’un cran.



J’entendis des supplications de sa part, je me baissai donc je mis tout mon poids sur mon pied. Je portai mon index à ma bouche pour mimer un chut.

« Chut mon lapin où je peux t’assurer que ta futur progéniture ne va pas s’en sortir intact. »

Maintenant qu’un des deux hommes était hors d’état de me nuire, je tournai le regard vers Chester pour voir si tout allait bien de son côté. Bien sûr, de ce fait, je baissai ma garde mais croisons les doigts pour que tout se passe bien.  


Chester x Martial
codage par Laxy Dunbar.
Revenir en haut Aller en bas
avatar
→ Je suis une hyène et en arbore plusieurs caractéristiques : pour le plus positif, je suis toujours de bonne humeur et souris, rigole assez souvent. J'ai même un petit côté moqueur mais pas vraiment méchant. Je suis le plus grand gentleman envers les femmes qui, à mes yeux, sont des personnes fortes et dominantes. En ce qui concerne les relations avec les hommes... J'ai ce besoin constant de dominer pour gonfler mon égo et de décider de tout pour tout. J'ai aussi tendance à ne pas savoir lâcher mes proies étant assez têtu et à être opportuniste voire égoïste. Ajoutez à ça mon amour pour la viande et vous avez le genre de mec à profiter de la hiérarchie et de son pouvoir pour venir taxer la cuisse de poulet d'un élève distrait. Mais à côté de tout ça, je garde une sorte de bienveillance envers mon entourage et suis très social !
→ L'ex presque fiancé aka Marth qui m'a abandonné devant l'autel. L'avoir comme élève dans "ma cour" est plutôt... intéressant.

→ L'ex beau frère, autant dire qu'une relation entre un taureau et une hyène est compliquée surtout quand on touche à son frère.

→ Mon frère (prédéfini) la personne la plus importante à mes yeux, malgré le fait que nous soyons deux opposés.
Voir le profil de l'utilisateur
Chester Collins
Surveillant
Jeu 5 Juil - 20:33
[quote="Chester Collins"]

Je maitrisai la situation (ou pas)

Featuring Marth & Chest


J’agitais mes doigts devant moi, pour encourager mon agresseur à se lancer avec son couteau. Plutôt idiot mais je préférais qu’il garde toute son attention sur moi plutôt que Martial se retrouve à nouveau dans un deux contre un. Un petit rire moqueur s’échappait de ma gorge devant l’hésitation de mon agresseur, surtout quand il ouvrit des yeux ronds face à la scène qui se passait derrière moi. Vu sa trogne, il devait y avoir 1-0 pour notre ancien couple. La curiosité me prit et me fit virer un millième de seconde mon regard en arrière. La confiance dans ce combat me faisait faire bien trop d’erreurs et mon adversaire -ayant désormais récupéré une stature droite- en profitant pour se lancer dans un élan qui me surprit bien.

Ce qui me surprit bien aussi ? Le gémissement sortant de ma bouche que j’étouffai d’un coup. Puis la douleur que je sentis au bas ventre. Pas très profonde mais surprenante. Et douloureuse. Assez pour me faire plier en avant, faisant abandonner l’arme de l’idiot qui avait osé être répondeur à mes provocations. Mais au fond, peut-être que je n’avais cherché que ça, pour évacuer toute la frustration de recroiser ce gringalet de Martial sur quelqu’un d’autre que lui ? C’eut été la situation parfaite, bien que dangereuse. Je restais tout de même débout, refusant de donner de la satisfaction en me pliant comme l’avait fait précédemment le chien galeux que j’avais face à moi. Mais intérieurement, tout se floutait, les cris derrière moi mais surtout, la voix du plus jeune qui semblait être finalement doté d’une rage que je ne connaissais pas de lui. Je n’osais même pas me retourner de peur de découvrir une autre personne. Ou plutôt, de m’apercevoir que l’homme derrière moi était bien quelqu’un d’autre que l’homme avec qui j’avais passé trop de mois attaché. Se rendre compte que l’on ne connaissait pas une personne -anciennement- chère et proche était terrible et je l’avais déjà vécu une fois, pas une deuxième.

L’air hagard surement, je devais sembler désormais trop faible pour poursuivre le combat car mon adversaire -bien qu’impressionné par la tache sombre sur mon tee-shirt- osa poser son regard derrière moi. Au fond, je ne savais pas s’il observait juste ou s’il comptait continuer le travail. On ne le saura jamais. Car dans une montée de rage me faisant sortir de mon état de l’étargie, je me jetais sur lui, prêt à l’étrangler. Mais ce que je vis, ne fut que des pattes noires et un regard terrorisé, accompagné d’une voix tout autant criarde. Je voyais la scène de l’extérieur, voyant le corps du malheureux tomber en arrière et se faire attaquer le bras dans des gémissements hargneux et moqueur de la part de la bête. Les cris emplissaient la rue tandis que les babines grises devenaient plus sombres et que ses canines se teintaient de rouge. L’acharnement dura de trop nombreuses secondes avant qu’un bruit derrière moi n’attire les oreilles pointues, la faisant se retourner aussitôt toujours dans ses lugubres ricanements. Le second agresseur, par terre ou debout, je n’eus pas retenu ce détail, eut le droit aux mêmes pattasses sur son torse tandis que des perles rouges tombaient sur son visage. La cage thoracique de l’animal se gonflait et se dégonflait rapidement dans des grognements hésitants. Hésitant et finissant par tourner la tête, sans danger cette fois vers le seul homme désormais debout, attendant son désir comme si la hyène que j’étais jouait au génie ou à l’esprit vengeur.

Pour une fois.

Code par KoalaVolant

Revenir en haut Aller en bas
avatar
Voir le profil de l'utilisateur
Jeu 5 Juil - 21:32


J’étais dans le flou, je ne savais pas vraiment ce que je faisais. Je suis quelqu’un de facilement bernable par mes propres émotions et là c’était le cas. Je revins à mes esprits quand j’entendis un gémissement de Chester … Il n’était pas normal et je le savais … Mon instinct me dicta de me mettre le plus loin possible de mes deux agresseurs et de prier pour que la hyène ne se retourne pas vers moi. Je fus vidé de toute ma colère, elle fut remplacée par une peur qui me vrillait les entrailles. Mon alter-ego m’aboyait de fuir qu’on ne faisait clairement pas le poids dans tous les sens du terme. Pourtant, je ne bougeai pas d’un poil.

Je me laissai juste glisser contre le mur pour tenter de me faire le plus petit possible. Autant je pouvais maintenant tenir tête à Chester mais pas à son alter, il me broierait les os avant que je pose mes crocs sur lui. Je me rendis compte qu’il était blessé en plus. J’avais peur pour mes fesses là … Je pris une seconde pour respirer profondément pour me calmer et réfléchir à la situation qui était critique. Si des gens arrivaient maintenant, le secret des thérianthropes serait en danger. Bon, il était déjà à cause des deux merdeux mais ils n’avaient l’air pas nets de toute façon. Personne ne les croirait.

Je me mis à réfléchir à toute vitesse pour trouver comment on pouvait s’en sortir. Chester devait se retransformer maintenant. Les rues étaient trop peuplées à cette heure-ci pour se balader avec une hyène …MERDE, t’as vraiment bien choisi ton moment pour péter un câble. L’animal posa ses yeux sur moi, ça me glaça le sang. Je n’étais qu’un canidé poids plume … Je pouvais juste compter sur ma vitesse pour m’en sortir et ma petite taille justement. Maman … Je n’avais pas la force de courir maintenant, j’ai trop mal pour ça. Il m’avait roué de coups, il fallait dire …

Bon allez, je me forçai à me relever pour faire face à l’animal, ne sachant pas vraiment ce que j’allais dire/faire. L’improvisation et l’instinct, voilà sur quoi je comptais le plus en ce moment. J’avais pas vraiment envie de mourir sous les crocs d’une hyène folle à lier. Vous savez à une époque, j’adorais son rire si caractéristique. Mais durant les derniers mois, c’était signe que j’allais passer un très moment quart d’heure voir plus. Je pris une expression le plus neutre possible et me permis même de croiser les bras sur mon torse. Cette position m’aiderait un peu s’il se décidait à attaquer.


« Chester … Écoute moi, c’est pas vraiment le bon moment pour te dire ça … Je suis désolé, j’étais trop jeune et trop peu sûr de moi pour pouvoir avoir aveuglément confiance en toi … Je te pris d'accepter mes excuses ... C'était trop dure d'être ton homme pour ... »

Je me coupai dans mon discours, sachant très bien que ce n’était pas l’idée la plus intelligente que j’ai eu … C’était définitif, sa colère allait se retourner contre moi. Je bougeai mes pieds pour avoir une position adaptée à un départ rapide. Je n’étais plus le gringalet qu’il avait connu, je pouvais, au moins, essayer de lui tenir tête. Le dingo, ça a pas bon goût il parait en plus ...

« Laisse-les partir, ce n’est pas contre eux que tu es en colère et tu le sais. »

Ok, alors ça, je crois que ça s’appelle signer son arrêt de mort. A peine, ai-je fini ma phrase que je sentis une douleur aiguë dans un de mes genoux qui me fit grimacer.


Chester x Martial
codage par Laxy Dunbar.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Contenu sponsorisé
Revenir en haut Aller en bas
Je maîtrisai la situation (ou pas) ~ Feat. Chester Collins
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut
Page 1 sur 1
Sujets similaires
-
» Situation sans pareille
» Situation du glissement de la falaise de la Berche – Tunnel du Chambon – RD 1091
» Inscription MJC 2010/2011
» Coupe d'Europe de Plumfoot 2010
» [RP] La où mène l'ennui..

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Let Out The Beast :: New York :: Manhattan :: Chinatown-
Sauter vers: